ÉVOLUTION DE LA COMPOSITION ET DE L’ACTIVITÉ DU CONSEIL DE SURVEILLANCE : EST-IL VRAIMENT DEVENU PLUS FACILE DE FAIRE DES AFFAIRES ?

Les sociétés par actions (ci-après JSC) et les sociétés à responsabilité limitée sont parmi les formes organisationnelles et juridiques les plus populaires pour faire des affaires. Seulement au 01.05.2018, il y avait 14 597 JSC. L’État est constamment à la recherche de moyens d’assurer une protection adéquate des droits des actionnaires et d’accroître la transparence des activités de la JSC.

Pour résoudre ce problème, la loi n° 2210-VIII (« … relative à la simplification des affaires et à l’attraction des investissements par les émetteurs de valeurs mobilières ») du 16 novembre 2017 a été adoptée, qui a introduit des changements dans les principaux actes réglementant les activités de JSC, y compris la loi de l’Ukraine « Sur les sociétés par actions ». Alors, passons en revue les points plus en détail.

CONSTITUTION DU CONSEIL DE SURVEILLANCE

Les nouvelles modifications définissent l’obligation de constituer un conseil de surveillance (ci-après dénommé le conseil de surveillance) dans :

  • Sociétés anonymes publiques (ci-après – PJSC);
  • Banques;
  • Sociétés par actions privées (ci-après – PrJSC), dont le nombre d’actionnaires est de 10 ou plus ;

Mais il existe une exception à cette règle. La constitution d’une société par actions n’est pas obligatoire si chacun des 10 actionnaires ou plus est affilié sans exception.

Auparavant, la création d’une société par actions était du devoir de chaque JSC qui avait 10 actionnaires ou plus, quel que soit le type (privé ou public).

Quant au moment de l’exercice des pouvoirs de la République populaire nationale, il y a également eu des changements. Traditionnellement, les membres de l’Assemblée nationale sont élus lors de l’assemblée générale (ci-après – l’Assemblée générale). Cependant, s’ils étaient auparavant élus à la prochaine réunion annuelle du JSC, il est maintenant déterminé que le mandat ne dépasse pas 3 ans.

Pour le PrJSC, le législateur a prévu une possibilité supplémentaire de définir dans le statut un autre mandat du HR, qui ne dépasse pas 3 ans.

Des garanties ont également été établies concernant l’indépendance de la République populaire. L’exigence d’un minimum de deux administrateurs indépendants dans le cadre du NR a été complétée. Il a été établi que 1/3 du Conseil d’administration devrait être composé d’administrateurs indépendants. Et le plus petit nombre possible de tels administrateurs devrait être égal à 2. Ainsi, nous établissons logiquement que le plus petit nombre de membres de l’Assemblée nationale devrait être égal à 6 personnes. Ces exigences s’appliquent à la PJSC ainsi qu’à la PrJSC appartenant à l’État.

Ceux-ci inclus:

  • PrJSC, dont l’État détient plus de 50 % des actions ;
  • PrJSC, dont 50% ou plus des actions sont dans le capital autorisé des sociétés économiques d’État.

La nouveauté était les exigences pour un administrateur indépendant (membre indépendant) de la République Populaire Nationale. Par exemple, les personnes qui sont députés à l’Assemblée nationale depuis plus de 12 ans au total, font partie des organes de direction de l’entreprise depuis 5 ans, sont actionnaires (détenteurs d’une participation de contrôle) ou leurs représentants ne sont pas soumis aux exigences. Il existe également d’autres restrictions. Un tel membre de l’Assemblée nationale ne doit être sous aucune influence des autres membres du conseil.

Il faut tenir compte du fait que les restrictions à la position du chef de la République populaire ont également été introduites. Un membre de l’Assemblée nationale est exclu de la présidence s’il a été président de l’organe exécutif collégial de la JSC l’année précédente ou a exercé seul les fonctions d’un tel organe.

COMPÉTENCE DU CONSEIL DE SURVEILLANCE

Les changements ont considérablement augmenté le rôle de NR dans la gestion du JSC. Par exemple, un certain nombre de questions qui étaient auparavant définies par le statut sont confiées au NR, à savoir :

  • dépôt d’une notification par un actionnaire d’une manière spécifique ;
  • la procédure de notification aux personnes des versements de dividendes (date et durée, montant, modalités) ;
  • la méthode de prise de connaissance des informations sur la tenue de l’assemblée générale de la JSC et l’envoi de l’ordre du jour par l’initiateur de la convocation.

Désormais, la JSC JSC ne résout pas les problèmes qui relèvent de la compétence de la République populaire nationale. Cependant, cela n’affecte pas PrJSC, dont la charte stipule que JSC JSC a le droit de résoudre les problèmes qui relèvent de la compétence de NR. En outre, le NR a le droit de soumettre toute question qui appartient à l’examen du NR pour examen par le JSC JSC.

En outre, il existe des cas dans lesquels le NR donne son consentement à la commission d’un acte significatif.

COMITÉS DU CONSEIL DE SURVEILLANCE

Le législateur a compensé l’importance croissante de l’Assemblée nationale dans la gestion des JSC en renforçant le rôle de ses commissions, principalement dans les JSC publiques et étatiques.

Désormais, en plus du statut et du règlement de la JSC sur le NR, la formation et l’activité des commissions NR sont également régies par le règlement sur les commissions approuvé par le NR. Les pouvoirs des comités, qui doivent être créés, sont également prévus.

Quant à la composition des commissions, elles doivent être composées d’au moins 3 membres. Toutefois, un numéro différent peut être établi par des documents internes. D’autres personnes, y compris les membres des organes exécutifs et les experts, ont le droit d’assister aux réunions, mais uniquement sur invitation du comité.

Les modifications introduites portaient sur une question plus spécifique de prise de décision par l’Assemblée nationale sur la base des propositions de ses commissions. En particulier, en l’absence d’une proposition de la commission sur les questions en préparation pour examen par l’Assemblée nationale, celle-ci n’a pas le droit de prendre des décisions en toute indépendance sur ces questions. Ainsi, le législateur, en plus d’accorder des pouvoirs élargis à la République populaire nationale, lui a imposé certaines restrictions.

Aussi, afin d’accroître l’efficacité des activités des comités de la République populaire nationale, des fonds leur sont alloués. Grâce aux fonds alloués, les comités NR sont en mesure d’attirer des avocats, des économistes et des experts financiers pour fournir des consultations professionnelles.

Parallèlement à l’augmentation des pouvoirs des commissions NR, les exigences en matière de rapports augmentent également. Les commissions rendent compte de leurs travaux au moins une fois par an. Une exception est le comité d’audit, qui fait rapport tous les six mois.

RAPPORT DU CONSEIL DE SURVEILLANCE ET BILAN DE SON ACTIVITÉ

Chaque année, NR PJSC, ainsi qu’à la demande de NR PrJSC, prépare un rapport sur les travaux effectués. Un tel rapport est un élément distinct du rapport annuel général de la JSC et est donc soumis aux exigences relatives à l’ordre et aux modalités de publication du rapport annuel général.

Le rapport doit refléter l’évaluation des activités du NR. Une telle évaluation devrait inclure :

  • évaluation en tant qu’organe collégial de la République Populaire Nationale (structure, composition et activité) ;
  • évaluation de chaque membre de la HP (efficacité, compétence) ;
  • évaluation de l’indépendance de chaque administrateur indépendant ;
  • évaluation des comités NR (compétence, efficacité, composition, nombre de réunions, description des principaux enjeux) ;
  • évaluation de la réalisation des objectifs fixés.

En outre, le rapport doit contenir les modalités de prise de décision du conseil d’administration ainsi que le rapport entre l’activité du conseil et l’évolution de la situation financière et économique de la société.

ACCEPTER LE CHANGEMENT EST-IL ENCORE PLUS UN PLUS OU UN MOINS ?

Dès le nom même de la loi, il était possible de comprendre quel objectif elle visait à atteindre. En conférant des pouvoirs beaucoup plus étendus au conseil de surveillance, on a en fait créé un système efficace de freins et contrepoids. Ainsi, l’influence de l’actionnaire majoritaire a été considérablement réduite et, par conséquent, la position des actionnaires minoritaires a été renforcée, ainsi que les conditions pour attirer les investissements ont été créées.

 Oleksandre Polishchuk,

avocat junior en droit des sociétés et pratique de la conformité

Bachynskyi et partenaires JSC

[contact-form-7 404 "Not Found"]