LA NOUVELLE LOI SUR LES ACTIFS VIRTUELS : LE TABLEAU EST COMPLET, MAIS SANS DÉTAILS

Le 8 septembre 2021, la Verkhovna Rada a finalement adopté la loi tant attendue « Sur les actifs virtuels », qui a clarifié de nombreux points ambigus. Cela s’applique en particulier au statut de la crypto-monnaie et aux règles de sa circulation sur le territoire du pays. Regardons de plus près l’innovation.

TERME AMBIGU

Commençons par ce que le législateur entend par « actifs virtuels » en général. Les signes sont les suivants :

  • ils sont un bien immatériel (ne peuvent pas être présentés sur un support matériel)
  • font partie de la liste des objets de droits civils (c’est-à-dire qu’ils peuvent être possédés et cédés)
  • représentent une forme électronique d’une collection de données (essentiellement, ce sont des blocs d’informations ordonnées);
  • l’existence et le transfert des actifs sont déterminés par des outils logiciels (un environnement électronique spécifique).

De ces signes, nous pouvons tirer la conclusion suivante : les actifs virtuels ne se limitent PAS à la crypto-monnaie. La monnaie numérique semble faire partie du concept, mais d’autres instruments tels que les jetons, les NFT ou même les objets du jeu relèvent de la définition. En effet, l’existence réelle de la plupart des produits numériques qui ont une certaine valeur est due à l’environnement logiciel (écosystème), qu’il s’agisse de la technologie blockchain, des plateformes de trading ou d’un serveur de jeu en ligne.

Il convient de noter que la tentative de définir les actifs virtuels figurait déjà dans la loi adoptée par l’Ukraine contre la légalisation des revenus. Dans cette loi, ils désignent les moyens de paiement numériques, ce qui est contraire à la nouvelle définition.

En conséquence, il existe désormais deux définitions différentes des actifs virtuels, créant une confusion considérable non seulement dans la réglementation, mais aussi dans l’interprétation. Il faut absolument s’attendre à des éclaircissements de la part des autorités étatiques compétentes.

REVENONS À LA NOUVELLE LOI

Sa force s’étend aux relations juridiques dans lesquelles il y a un « élément ukrainien »:

  • prestataire ou destinataire de services ayant un bureau de représentation en Ukraine ;
  • un accord selon lequel le chiffre d’affaires des actifs virtuels est effectué conformément à la législation ukrainienne ;
  • l’acquéreur des actifs (ou les deux contreparties) est un ou des résidents de l’Ukraine.

La loi introduit également une division intéressante de tous les actifs virtuels en deux groupes : sécurisés et non sécurisés.

Là encore se pose le problème de l’interprétation. La première catégorie comprend les produits qui peuvent être échangés contre de la monnaie (d’État), la seconde comprend les outils qui ne peuvent être échangés que contre d’autres actifs numériques.

Il existe également une opinion alternative : que le chiffre d’affaires des actifs garantis est adossé à des biens immobiliers (argent ou autres biens), tandis que les actifs non garantis ne sont adossés à rien.

La dernière interprétation est la plus fiable, puisque la nouvelle loi établit que les actifs virtuels ne sont PAS des moyens de paiement. De plus, ils ne peuvent être échangés contre des biens réels, qu’il s’agisse de biens, de services ou d’argent. Ainsi, le potentiel d’utilisation des actifs virtuels est considérablement réduit non seulement à des fins commerciales, mais également à des fins civiles.

À PROPOS DES LICENCES OBLIGATOIRES D’ACTIFS VIRTUELS

La nouvelle loi indique que dans certains cas, l’utilisation d’actifs virtuels nécessitera une licence. 4 types d’activité sont indiqués :

  • stockage et gestion des actifs virtuels (ou des clés de ceux-ci)
  • maintien des opérations d’échange avec des actifs virtuels (à la fois pour d’autres analogues et pour des biens réels);
  • traduction d’actifs numériques;
  • tout service intermédiaire.

La liste est assez longue, mais il y a des exceptions importantes :

  • si votre service fonctionne avec des portefeuilles non dépositaires (c’est-à-dire que les utilisateurs peuvent gérer eux-mêmes leurs économies en crypto-monnaie) ;
  • si votre service fonctionne sur des contrats intelligents ou sur un protocole décentralisé sur la base duquel des traductions internes sont effectuées.

Quant aux services intermédiaires, tout est plus compliqué. En fait, toute médiation repose sur un placement public d’actifs. C’est pour cette raison qu’il est soumis à licence.

COMMENT OBTENIR UNE LICENCE POUR LES ACTIFS VIRTUELS ?

Une entreprise qui souhaite s’engager légalement dans des actifs virtuels doit satisfaire aux exigences légales.

Un rôle clé est joué par le montant minimum du capital autorisé, qui est égal à 1,19 million de hryvnias (pour les non-résidents – 5,95 millions de hryvnias) dans le cas de la garde et de l’administration. Pour tous les autres types d’activités (services d’échange, de traduction et de médiation), le montant minimum du capital autorisé doit être de 595 000 hryvnias (pour les non-résidents – 2,98 millions de hryvnias).

Procédure d’enregistrement de licence :

  • Faire une demande et préparer des documents.
  • Payez les frais de l’État (68 à 136 000 hryvnias pour les résidents et 340 à 680 000 hryvnias pour les non-résidents).
  • Attendre que la demande soit prise en compte (30 jours).
  • Obtenez une licence.

La licence est valable 1 an. Pour le moment, aucune norme n’a été établie concernant l’extension de la validité légale du permis (nous attendons des modifications ou des clarifications du ministère des Affaires numériques).

Il est à noter que les non-résidents doivent payer un montant beaucoup plus élevé que les entreprises nationales. Le législateur ukrainien stimule clairement le marché intérieur, en se débarrassant d’une forte présence étrangère (ce qui, en principe, coïncide avec la politique actuelle de l’État dans son ensemble).

Les documents suivants doivent être préparés avec la demande :

  • code d’accès à une copie de la charte de l’entreprise (ou accord fondateur), qui est stockée électroniquement dans la base de données EDRPOU ;
  • sources de financement du capital autorisé (d’où proviennent les fonds);
  • confirmation du paiement effectif des fonds ;
  • informations sur les bénéficiaires. Une attention particulière doit être portée à leur réputation commerciale ;
  • des informations sur le directeur et les fondateurs ;
  • un reçu pour le paiement de la taxe d’État ;
  • l’acte interne de l’entreprise, selon lequel les règles de protection des données personnelles sont réglementées.

En termes de quantité de documentation nécessaire, l’octroi de licences est très similaire à l’enregistrement complet d’une entité juridique. Il est évident que l’État cherche une réglementation stricte des activités des organisations qui traiteront des actifs virtuels.

EST-IL ENCORE POSSIBLE D’OBTENIR UNE LICENCE?

L’adoption de la loi par la Verkhovna Rada est une avancée significative dans la réglementation et la création d’un marché légal des actifs virtuels en Ukraine. Cependant, les nouvelles règles ne sont pas encore entrées en vigueur – leur période d’introduction dépend des modifications apportées au Code des impôts. On ne sait pas encore quand le législateur osera introduire un système d’imposition actualisé pour ces actifs. Étant un « hub informatique » et un territoire où la crypto-monnaie est très populaire, la question des taxes devrait être résolue le plus simplement possible.

Malgré la présence de lacunes évidentes dans l’interprétation, la nouvelle loi sur les actifs virtuels donne au moins une image officielle de ce qui se passe et de la manière dont les relations juridiques liées à la crypto-monnaie seront réglementées. Il reste à espérer que dans un proche avenir, le Ministère des statistiques publiera des explications détaillées concernant les normes contestées.

[contact-form-7 404 "Not Found"]