VIOLENCE CONJUGALE : COMMENT SERA-T-ELLE PUNIE ?

Пройшло більше року з моменту набрання чинності Закону України «Про запобігання та протидію домашньому насильству». Проте, як свідчать статистичні дані, ситуація із домашнім насильством в Україні радикально не змінилася.

Plus d’un an s’est écoulé depuis l’entrée en vigueur de la loi ukrainienne sur la prévention et la lutte contre la violence domestique. Cependant, comme le montrent les données statistiques, la situation de la violence domestique en Ukraine n’a pas radicalement changé.

Selon le ministère de la Politique sociale, 70 % des femmes ont subi des violences, dont 31 % au cours des 12 derniers mois. La police nationale signale que 90 % des plaintes pour violence domestique émanent de femmes.
Une femme sur trois qui se tourne vers notre association du barreau pour des consultations sur des questions familiales se plaint de violence domestique.

La plupart d’entre eux ne contactent pas la police. Ceux qui se sont tournés au moins une fois vers les forces de l’ordre – se plaignent de leur inefficacité à résoudre des situations similaires.

À ce jour, notre législation distingue quatre mesures spéciales pour lutter contre la violence domestique, qui sont empruntées aux dispositions de la Convention d’Istanbul sur la lutte contre la violence domestique. Des normes similaires s’appliquent dans tous les pays européens qui ont signé cette Convention.

TRAVAIL PRÉVENTIF AVEC LE DÉLINQUANT

Une puissante mesure de prévention de la violence qui n’est pas réellement utilisée. Cela est dû au fait que le Ministère de l’intérieur de l’Ukraine n’a pas encore adopté d’ordonnance spéciale correspondante qui réglementerait la procédure de comptabilisation des délinquants (bien que le projet d’ordonnance pertinent soit à l’étude au Ministère de l’intérieur de l’Ukraine depuis mai de l’année dernière).

RENVOI D’UN DÉLINQUANT À UN PROGRAMME POUR DÉLINQUANTS

Les administrations publiques locales et les organes autonomes locaux n’ont pas encore élaboré de programmes appropriés fondés sur le programme modèle existant pour les délinquants, approuvé par l’Ordre du Ministère de la politique sociale de l’Ukraine. Et c’est pourquoi ils ne suivent toujours pas de programmes spéciaux visant à corriger leur comportement et leur état psychologique.

INJONCTION URGENTE

Une ordonnance d’éloignement urgente est délivrée à l’auteur de l’infraction par une unité de la police nationale en cas de menace directe pour la vie ou la santé de la victime afin de faire cesser immédiatement la violence domestique pendant une période pouvant aller jusqu’à 10 jours. Une ordonnance d’éloignement temporaire peut contenir les mesures suivantes (une ou toutes) : une obligation de quitter le lieu de résidence de la victime, une interdiction d’entrer et de séjourner dans son lieu de résidence, une interdiction de contacter la victime de quelque manière que ce soit.

Et encore une fois, cet outil ne fonctionne toujours pas dans la pratique. Après tout, l’échelle d’évaluation des risques de violence domestique, sur la base de laquelle les policiers émettront des ordonnances d’éloignement urgentes, n’a pas encore été approuvée. Bien que l’arrêté correspondant du Ministère de l’intérieur de l’Ukraine n° 654 « sur l’approbation de la procédure d’émission d’une ordonnance d’interdiction urgente contre le délinquant par les unités autorisées de la police nationale de l’Ukraine » soit déjà entré en vigueur et, comme indiqué par la police nationale, des formulaires spéciaux d’évaluation des risques ont déjà été imprimés.
Ce n’est qu’en cas de danger élevé que la police peut émettre une ordonnance d’éloignement urgente obligeant le contrevenant à quitter le lieu de résidence, même si ce lieu de résidence est sa propriété privée personnelle.

De nombreux universitaires et avocats en exercice se sont opposés à l’introduction d’une ordonnance d’interdiction urgente, invoquant l’absence de procédure judiciaire pour sa délivrance et la violation des droits de propriété du soi-disant « délinquant ». Sans aucun doute, une telle opinion a un sens, puisque dans une certaine mesure, elle est en contradiction avec le principe d’inviolabilité du droit au logement propre.

Certains experts prédisent que les forces de l’ordre se rangeront du côté de la « victime ». Autrement dit, sans entrer dans les détails des querelles familiales, ils pourront ordonner au délinquant de quitter la résidence partagée. De telles situations peuvent être provoquées par le membre de la famille « victime » et viser à résoudre des problèmes de propriété ou à créer une image négative du « délinquant » dans d’autres conflits familiaux entendus devant les tribunaux.

PRESCRIPTION RESTRICTIVE

C’est plus facile avec ça. Une ordonnance restrictive à l’encontre du contrevenant est déjà en vigueur.

Une telle prescription impose au contrevenant une ou plusieurs restrictions et interdictions temporaires, notamment l’interdiction de séjourner dans le lieu de résidence commune avec la personne lésée ; s’approcher à une distance spécifiée du lieu de résidence, d’études ou de travail de la victime de violence ; interdiction de rechercher la personne lésée personnellement et par l’intermédiaire de tiers, d’entretenir avec elle une correspondance et des conversations téléphoniques.

Contrairement à une ordonnance d’interdiction urgente, une ordonnance restrictive peut être délivrée exclusivement par le tribunal à la demande de la personne lésée pour une période pouvant aller jusqu’à 6 mois. Ces demandes sont examinées dans le cadre d’une procédure distincte dans les 72 heures.

La principale chose qui doit être prouvée au demandeur dans de tels cas est le caractère systématique de la violence et sa séparation du conflit familial. Une attention particulière doit être accordée à la constitution de la base de preuves, en particulier les preuves d’appels aux forces de l’ordre, la responsabilisation administrative du contrevenant pour avoir commis des violences domestiques, les déclarations de témoins, les enregistrements audio et vidéo, etc.

PRATIQUE JUDICIAIRE

Comme le montre la pratique judiciaire, dans la région de Lviv, les tribunaux de première instance en 2018-2019 ont examiné environ 40 affaires concernant la délivrance d’une ordonnance d’interdiction, et dans 12 affaires seulement, les demandes des requérants ont été rejetées. Cela montre qu’il est tout à fait possible de prouver le fait de la violence et d’obtenir une injonction. Il est important d’engager un soutien juridique professionnel au stade de l’examen de l’affaire par le tribunal. Plus important encore, les victimes de violence domestique ont le droit de recevoir une aide juridique secondaire gratuite.

Il convient de noter que la législation ne prévoit pas la possibilité d’annuler une ordonnance d’éloignement, même dans le cas où une personne est déclarée non coupable d’avoir commis un crime ou une infraction administrative pour violence domestique. La seule solution à un tel problème peut être l’annulation de la décision du tribunal sur la base de circonstances nouvellement découvertes.

L’un des principaux problèmes rencontrés par la pratique nationale en matière de lutte contre la violence domestique est le retard dans l’élaboration et l’adoption des actes juridiques subordonnés pertinents, des programmes, la nature déclarative des actes législatifs individuels et le déséquilibre dans la responsabilité accrue de la commission des la violence et l’absence de mesures préventives efficaces de prévention.

En outre, l’imperfection des outils législatifs de lutte contre la violence domestique dans la pratique est complétée par le professionnalisme insuffisant des agents de la force publique qui ne tiennent pas compte des spécificités des situations spécifiques et, dans certains cas, ignorent les défis justifiés et ne font pas la distinction entre conflit familial et conflit domestique. la violence.

Il est supposé que le système global de lutte contre la violence ne pourra pleinement fonctionner et réduire réellement le pourcentage de violence domestique qu’après l’adoption et la mise en œuvre des programmes de prévention pertinents, c’est-à-dire au moins après deux ou trois ans. 

VIOLENCE CONJUGALE : COMMENT SERA-T-ELLE PUNIE ?

[contact-form-7 404 "Not Found"]