Clause de non-concurrence: expérience européenne et réalités en Ukraine

  1. Introduction

De nous jours, la concurrence sur le marché s’accroit. En raison de cela, chaque employeur réfléchit sur les certains questions: comment protéger la clientèle ou bien technologie de production unique («know-how») au même modèle d’affaires. Autrement dit, comment éviter une fuite d’information à éventuel concurrent. C’est très important lors de recrutement du personnel, particulièrement pendant la conclusion d’un contrat de travail avec un employé puisque celui qui peut obtenir ce type d’information. En conséquence, le salarié peut tout simplement profiter d’information commerciale au bien le savoir-faire et puis en utiliser pour ses intérêts personnelles au même dans la coopération avec un concurrent. Voilà, il y a d’énormes risques pour l’employeur.
À cet égard, la plupart des pays occidentaux (Belgique, France, Royaume-Uni et Etats-Unis ) ont déjà autorisée  l’institut de clause de non-concurrence avec salarié. En général, ce type de clause est connu dans les industries où la concurrence est très forte, notamment dans la technologie numérique (IT), commerce et marketing.
Le but de telle clause est limiter la liberté d’un salarié d’exercer, après la rupture de son contrat, des fonctions équivalentes chez un concurrent ou à son propre compte. En autre, le champ des engagements d’employé est toujours different et ça dépend du domaine d’activité d’employer et la position que l’employé occupe.
Selon la clause de non-concurrence, l’employer peut être oblige à s’abstenir:
– exercer des fonctions équivalentes chez un concurrent ou à son propre compte
– devenir associe d’une personne morale-concurrente, la gérer au contrôler
– exercer une activité sur la territoire géographique précis
– encourager les autres employés à mettre fin du contrat
– utiliser les technologies, le savoir-faire acquis, dans la coopération avec un concurrent.
On peut trouver que telle conditions de la clause de non-concurrence limitent le droit au travail de l’employé et q’ils sont disproportionnés avec les intérêts de l’employer. Néanmoins, une législation nationale des pays de L’UE établit les conditions de validité et d’application des clauses de non concurrence.

  1. Réglementation juridique dans les pays de L’UE

Du point de vue d’application de la clause de non-concurrence on peut constater que la législation belge est l’une de plus uniformisée dans l’Europe.
En vertu de l’article 65 du Loi du 3 juillet 1978 «Relative aux contrats de travail» de La Belgique, par la clause de non-concurrence, on entend celle par laquelle l’ouvrier s’interdit, lors de son départ de l’entreprise, d’exercer des activités similaires, soit en exploitant une entreprise personnelle, soit en s’engageant chez un employeur concurrent, ayant ainsi la possibilité de porter préjudice à l’entreprise qu’il a quittée en utilisant, pour lui-même ou au profit d’un concurrent, les connaissances particulières à l’entreprise qu’il a acquises dans celle-ci, en matière industrielle ou commerciale.
Donc, il y a trois condition qu’elles témoignent à la violation d’une accord entre l’employer et employé:
– exercice des fonctions équivalentes chez un concurrent ou à son propre compte;
– l’activité doit porter préjudice à l’employer;
-l’employer doit acquérir les connaissances particulières en matière industrielle ou commerciale.
Il est important aussi que la loi prévoit des conditions préalables de  la rémunération annuelle pour insérer la clause de non-concurrence au contrat de travail. En vertu de l’article 65 § 2 du Loi du 3 juillet 1978 «Relative aux contrats de travail»:
– la clause de non-concurrence est réputée inexistante dans les contrats de travail pour lesquels la rémunération annuelle ne dépasse pas  33 221,00 EUR;
– lorsque le montant de la rémunération annuelle se situe entre 33 221,00 EUR et 66 441,00 EUR, la clause ne peut s’appliquer qu’à des catégories de fonctions ou à des fonctions déterminées par convention collective de travail conclue en commission ou en sous-commission paritaire;
– lorsque la rémunération annuelle dépasse 66 441,00 EUR, la clause de non-concurrence peut validement figurer dans les contrats de travail, sauf pour les catégories de fonctions ou les fonctions exclues par convention collective de travail conclue en commission ou en sous-commission paritaire;
(Arret n°2/5/1988, pas, III Cour de Cassation)
Enfin, la Loi du 3 juillet 1978 «Relative aux contrats de travail» dispose l’article principale avec les règles impératives de contenu de clause de non-concurrence. En vertu de l’article 65 § 5 du Loi du 3 juillet 1978 la validité de toute clause de non-concurrence est en outre subordonnée aux conditions suivantes :
elle doit se rapporter à des activités similaires;
elle doit être géographiquement limitée aux lieux où l’ouvrier peut faire une concurrence réelle à l’employeur, en considérant la nature de l’entreprise et son rayon d’action. Elle ne peut en aucun cas s’étendre au-delà du territoire national;
elle ne peut excéder douze mois à partir du jour où les relations de travail ont pris fin;
– elle doit prévoir le paiement d’une indemnité compensatoire unique et de caractère forfaitaire par l’employeur, sauf si ce dernier renonce dans un délai de quinze jours à partir du moment de la cessation du contrat à l’application effective de la clause de non-concurrence.
(Arret n°3/02/1971 RDS,197 Cour de Cassation)
Les règles similaires de contenu de clause de non-concurrence existent aussi dans la législation de la France. Ils sont établies dans les certaines décisions de la Cour de Cassation de la France. Notamment, pour garantir le principe de liberté du travail, la durée d’application ne doit pas être excessive au regard de la nature de l’emploi du salarié. Souvent, les durées des clauses sont d’une durée de 2 ans. Une clause de non-concurrence par laquelle l’employeur peut renoncer à tout moment aux obligations qu’elle fait peser sur le salarié aussi bien avant que pendant la période d’interdiction est considérée comme nulle par les tribunaux.(Arrêt n° 14-19029 de la chambre sociale de la Cour de Cassation 02.12.2015). De plus,la clause de non-concurrence doit être assortie d’une contrepartie financière. Sans contrepartie, ou en présence d’une contrepartie dérisoire, la clause de non-concurrence sera déclarée nulle. (Cour de Cassation, Chambre Sociale 13-25349 21.012015 )
On peut remarquer que la législation des pays de l’UE stipule des règles d’application et des condition de la cluse de non- concurrence.

III. L’application de la clause de non-concurrence en Ukraine
Au contraire du nos voisins européennes, la législation de l’Ukraine ne prévoit pas des règles d’autorisation de la clause au sein du contrat du travail. Code du travail de l’Ukraine ne contient pas aucun article à propos de autorisation de la clause. Par ailleurs, en vertu de l’article 9 du Code du travail  les condition des contrats de travail, qui aggravent la situation des employés par rapport à la législation ukrainienne sur le travail, ne sont pas validé.
Les tribunaux ont à plusieurs reprises refusé aux employeurs à la satisfaction de demandes d’amende pour violation des conditions douteuses d’un contrat de travail. La cause principale c’est que telles conditions ne sont pas conformes à la Constitution de l’Ukraine, en particulier à l’article 43 qui dispose que toute personne a le droit de travailler, y compris la possibilité de gagner sa vie pour un travail qu’il choisit librement ou avec lequel il consent librement. La Cour d’appel de Dnipropetrovsk Oblast, dans l’affaire n°191/215/14-ts du 18 août 2014, a conclu que: “Ce qui précède montre que les termes du contrat de travail en rapport avec l’interdiction de Personne_2 pour trois ans après la résiliation ou l’expiration du contrat de travail pour quelque raison que ce soit, il ne participera pas, directement ou indirectement, à une activité du même genre que celle exercée par le demandeur ou en concurrence avec lui, qu’il s’agisse d’une activité indépendante, ou son travail en tant que membre de toute sorte société de personnes ou entité juridique, ou en tant que consultant, actionnaire, investisseur, employé, employé ou administrateur de toute société ou autre entité juridique, ainsi que pour le recouvrement d’une amende, viole les droits de défendeur, est contraire à la loi applicable, par conséquent, la décision du tribunal en matière de recouvrement de l’accusé en faveur de Taeugetk Ukraine LLC, une amende de 36 386,64 UAH. légitime et justifié ne peut être reconnu. “
Alors, aujourd’hui en Ukraine, la question de l’application d’un accord de non-concurrence avec le salarié n’est pas réglementée et reste ouverte.
Les options possibles à cet égard sont la conclusion d’un accord avec le salarié sur la non-divulgation du secret commercial (NDA) ou d’un contrat de droit civil avec une obligation négative.]]>

You may like
A new law on virtual assets: the picture is formed, but without details. On September 8, 2021, the Verkhovna Rada has finally adopted the long-awaited law "On Virtual Assets", which clarified many ambiguous points. This is especially true for the status of cryptocurrency and the rules of its circulation in the country. Let`s take a closer look at novelties. An ambiguous term Let's start with what the legislator actually means by "virtual assets". There are the following features:  they are an intangible good (cannot be represented on tangible media)  fall under the list of objects of civil rights (that is, they can be owned and be disposed of)  represent an electronic form of a set of data (essentially, they are blocks of information put in order);  the existence and circulation of assets are due to software tools (specific electronic environment). From these features we can draw the following conclusion: virtual assets are not limited to cryptocurrency. Digital currency is part of the concept, but other instruments, such as tokens, NFTs, or even in-game items, fall under the definition. Actually, the actual existence of most digital products, having a certain value, is due to the software environment (ecosystem), either it is blockchain technology, a trading platform, or an online game server. It should be noted that the attempt to define virtual assets was already made in the adopted Law of Ukraine in counteracting money laundering. In this act, they understand it as digital means of payment, which goes against the new definition. As a result, there are now two different explanations for virtual assets, which causes significant confusion not only in regulation but also in interpretation. It is definitely necessary to expect clarifications from competent state bodies. Let's return to the new law. Its application covers legal relations in which the "Ukrainian element" is present:  provider or recipient of services represented in Ukraine;  an agreement according to which the turnover of virtual assets is carried out in accordance with Ukrainian legislation;  the acquirer of assets (or both counterparties) is a resident(s) of Ukraine. The law also introduces an interesting division of all virtual assets into two groups: secured and unsecured. Here again, there is a problem of interpretation. The first category includes products exchanged for (state) currency, the second category includes instruments that can be exchanged only for other digital assets. There is an alternative opinion: that the turnover of secured assets is supported by real goods (money or other property), while unsecured ones are not supported by anything. The latter interpretation is the most credible, as the new law stipulates that virtual assets are NOT means of payment. Moreover, they cannot be exchanged for real goods, be they property, services or money. This significantly narrows the potential for the use of virtual assets not only for commercial but also for civilian purposes. About obligatory licensing The new law states that in some cases, the use of virtual assets will require licensing. The 4 types of activity are mentioned:  storage and management of virtual assets (or its` keys)  servicing of exchange operations with virtual assets (both for other analogues and for real goods);  translation of digital assets;  any intermediary services. A list is quite impressive, but there are some important exclusions:  if your service works with cryptocurrency wallet (it means users can dispose of accumulations into cryptocurrency independently);  If your service works on smart contracts or decentralized protocol, based on which internal transfers are performed. As to intermediary services, everything is more compicated. Actually, any mediation is based on the public share offering. That is why it is subject to licensing. How to get a license? A company that wishes on legal grounds to engage in virtual assets must satisfy legislative requirements. The key role is played by the minimum amount of the statutory capital, which equals 1,19 million hryvnyas (for non-residents it is 5,95 million hryvnyas) in case of storage and administration. For other types of activity (trading, translation and mediation services) the minimum size of the statutory capital amounts to 595 thousand hryvnyas (for non-residents is 2,98 million hryvnyas). The order of the registration of license:  to compose an application and prepare documents.  to pay state fee (68-136 thousand hryvnyas for residents and 340-680 thousand hryvnyas is for non-residents).  to pend review of the request (30 days).  to get a license. The duration of the license is 1 year. No norms about the continuation of legal force of permission are set (we are expecting amendments or explanations from the Ministry of Digital transformation of Ukraine). Notably that non-residents must pay a far greater sum, than domestic companies. The Ukrainian legislator obviously encourages an internal market, getting rid of a strong foreign presence (that, in fact, coincide with modern politics of the state on the whole). Together with an application, the following documents must be prepared: The access code to the copy of the Statute of the company (or the foundation agreement) kept in an electronic file in the database of the Unified State Register of Enterprises and Organizations (USREO);  Funding sources of the statutory capital (where the money are taken from);  confirmation of the actual injection of money;  information about beneficiaries (special attention must be paid to business reputation);  the information about the director and founders;  the check about payment of state fee;  the internal regulations, in accordance with which ones, the privacy policy rules are regulated. In the terms of volume of necessary documentation of licensing is very alike with complete registration of legal entity. It is understood that the state wants the severe adjusting of activity of organizations that will engage in virtual assets. Is it already possible to get a license? The adoption of the law by the parliament is a significant step forward in adjusting and legal market of virtual assets creation in Ukraine. However, the new rules haven`t come into effect yet - their term of introduction depends on making amendments in the Internal Revenue Code. It is yet unknown, when a legislator will decide to enter the renewed system of taxation for such assets. Being "IT-hub" and territory, where cryptocurrency enjoys large popularity, the question of taxes must be decided maximally safely. Despite the presence of obvious gaps in interpretation, a new law on virtual assets gives the official narrative of what takes place and that, how the legal relationships related to cryptocurrency will be regulated. It is to be hoped that in the nearest time the Ministry of digital information will give out the detailed explanations concerning debatable norms.
20/01/2022

We will
call you