LE CONCEPT DE PROTECTION TEMPORAIRE ET SES SPÉCIFICITÉS

Від початку російсько-української війни український кордон перетнуло вже більше 3 мільйонів осіб, і ця цифра збільшується з кожним днем. Трохи менше, близько 2 млн. людей були вимушені внутрішньо перемістить в межах нашої країни. Усіх цих людей узагальнено називають «біженцями», що не зовсім юридично коректно.

Depuis le début de la guerre russo-ukrainienne, plus de 3 millions de personnes ont déjà franchi la frontière ukrainienne, et ce nombre augmente chaque jour. Un peu moins, environ 2 millions de personnes ont été contraintes de se relocaliser à l’intérieur de notre pays. Toutes ces personnes sont collectivement appelées « réfugiés », ce qui n’est pas tout à fait juridiquement correct.

Consultation d’un avocat

Tout d’abord, il convient de noter que la « protection temporaire » et le « statut de réfugié » sont des catégories juridiques différentes, qui, par conséquent, créent des conséquences juridiques différentes. Nous proposons de comprendre le statut juridique des personnes qui ont été contraintes de fuir la guerre.

Le principal document réglementant la question de la protection temporaire est la directive européenne 2001/55/CE 2001/55/CE « relative aux normes minimales pour l’octroi d’une protection temporaire en cas d’afflux massif de personnes déplacées et aux mesures visant à favoriser l’équilibre des efforts entre les États membres pour accueillir ces personnes et en supporter les conséquences ». Cette directive établit des normes minimales pour l’octroi d’une protection temporaire en cas d’afflux massif de personnes déplacées. Sa tâche est de fournir une protection temporaire aux personnes déplacées sans procédures bureaucratiques complexes afin de soulager la pression sur le système d’asile (réfugié). L’aide d’un avocat dans un tel cas peut être pleinement justifiée.

La directive n’est pas un nouvel acte réglementaire, elle a été approuvée en 2001, mais ce n’est que le 4 mars 2022 que le Conseil de l’Union européenne a reconnu dans sa décision que l’agression militaire non provoquée et injustifiée de la Russie contre l’Ukraine est une raison pour accorder protection temporaire aux personnes qui ont subi une agression militaire en Ukraine, et ont ainsi activé l’effet de la directive. Toutefois, afin de mettre en œuvre les dispositions relatives à l’octroi de la protection temporaire, les États membres de l’UE doivent adopter leurs propres actes réglementaires, car la décision du Conseil de l’UE n’a pas d’effet direct.

Consultation d’un avocat

QU’EST-CE QUE LA PROTECTION TEMPORAIRE ?

La protection temporaire est une procédure exceptionnelle permettant d’accorder une protection internationale à un grand nombre de personnes simultanément et automatiquement (c’est-à-dire sans qu’il soit nécessaire d’examiner des demandes individuelles). Cela signifie qu’elle n’est possible qu’en cas d’afflux massif ou d’afflux massif imminent de personnes déplacées en provenance de pays tiers qui ne peuvent retourner dans leur pays d’origine.

Au sens de la directive, les personnes déplacées sont des ressortissants de pays tiers ou des apatrides qui ont dû quitter leur pays et qui ne peuvent revenir en raison de conditions dangereuses dues à la situation prévalant dans ce pays, notamment :

  • les personnes qui ont fui les zones de conflit armé ou de violence épidémique ;
  • les personnes qui courent un risque grave ou qui ont été victimes de violations systématiques de leurs droits humains.

En général, cette définition est très similaire à la définition du statut de réfugié en vertu du droit international. Il convient de noter que le fait de bénéficier d’une protection temporaire ne prive pas une personne du droit de demander le statut de réfugié. Autrement dit, une personne qui a reçu une telle protection peut demander l’asile à tout moment. Mais il convient de rappeler que ces deux statuts ne peuvent être accordés en même temps. Si une personne a demandé l’asile et s’est vu refuser ce statut, elle peut bénéficier ou continuer de bénéficier d’une protection temporaire.

Consultation d’un avocat

La protection temporaire permet aux personnes déplacées de jouir de droits harmonisés dans toute l’UE. Cela signifie que les personnes déplacées ont le droit à l’emploi (à la fois le droit d’être employé et le droit à l’entrepreneuriat), des possibilités d’éducation et de reconversion professionnelle, et l’accès au système de protection sociale du pays d’accueil, sur un pied d’égalité avec les citoyens de ce pays.

Ces personnes ont accès au logement, à l’aide financière nécessaire et aux soins médicaux (soins d’urgence et traitement d’urgence), en particulier pour les personnes ayant des besoins spéciaux.

Pour les mineurs qui n’ont pas atteint l’âge de 18 ans, les États participants offrent la possibilité d’être inclus dans le processus d’éducation de l’État et de recevoir une éducation avec leurs propres citoyens. Le droit d’étudier peut également être accordé aux adultes, à la discrétion du pays d’accueil.

Consultation d’un avocat

DURÉE DE LA PROTECTION TEMPORAIRE.

En règle générale, la durée de la protection temporaire est d’un an. Il peut être automatiquement prolongé de 6 mois pour une autre année. Si les motifs d’octroi de la protection temporaire subsistent, celle-ci peut être à nouveau prolongée pour une période pouvant aller jusqu’à un an. Autrement dit, en général, la protection temporaire peut être valable pour un maximum de 3 ans. Ainsi, la République de Pologne a déterminé qu’elle accordait une protection temporaire aux Ukrainiens pendant 18 mois, la République tchèque – pour une période d’un an à compter de la date de la demande, la République slovaque – jusqu’au 31.12.2022 et la Hongrie – jusqu’au 01.06. 2022, et la décision de prolonger la période sera prise en plus.

La protection temporaire prend fin ou est retirée lorsque sa durée maximale est atteinte ou à tout moment avec l’accord du Conseil de l’UE (par exemple, lorsque les motifs d’octroi de la protection n’existent plus). De plus, la protection temporaire prend fin si une personne acquiert le statut de réfugié ou change de pays de résidence.

Après la fin de la protection temporaire, la personne doit quitter volontairement le territoire de l’État respectif. Si cela n’est pas fait, la procédure de retour forcé dans le pays d’origine peut lui être appliquée.

Consultation d’un avocat

 QUI A LE DROIT D’UTILISER CETTE PROTECTION ?

La protection temporaire s’applique aux personnes qui ont été relocalisées depuis l’Ukraine le 24 février 2022 ou après, à savoir :

  • les citoyens ukrainiens qui ont vécu en Ukraine jusqu’au 24 février 2022 ;
  • les apatrides et les citoyens de pays tiers qui ont utilisé la protection internationale en Ukraine jusqu’au 24 février 2022 ;
  • les membres de la famille de ces personnes (l’un des conjoints ou un partenaire non marié dans une relation stable (si la législation pertinente du pays considère les couples non mariés comme mariés), les enfants mineurs non mariés, d’autres parents proches qui vivaient ensemble dans le cadre de la famille et dépendaient sur les personnes susmentionnées).

La protection temporaire peut s’appliquer à d’autres catégories de personnes. L’UE recommande aux États membres d’élargir la liste des personnes pouvant bénéficier d’une protection. En particulier, cela peut s’appliquer aux citoyens de pays tiers qui peuvent prouver qu’ils ont résidé légalement en Ukraine jusqu’au 24 février 2022 sur la base d’un permis de séjour permanent valide en Ukraine ou pour d’autres motifs (par exemple, études, traitement, emploi ), et qui ne peuvent pas retourner dans leur pays de citoyenneté. En outre, le pays peut fournir une protection temporaire aux personnes qui se trouvaient sur le territoire de l’Union européenne immédiatement avant cette date, par exemple en raison d’un travail ou de vacances, et qui ne peuvent pas retourner en Ukraine en raison de la guerre.

Selon la directive, la protection temporaire n’est pas accordée à une personne qui :

  • commis un crime contre la paix, un crime de guerre ou un crime contre l’humanité ;
  • a commis un crime grave de droit commun en dehors d’un État membre de l’UE avant d’y être admis en tant que personne bénéficiant d’une protection temporaire ;
  • s’est rendu coupable d’actes contraires aux buts et principes des Nations Unies;
  • peut constituer une menace pour la sécurité de l’État membre d’accueil ou qui a été condamné par une condamnation définitive pour un crime particulièrement grave et constitue un danger pour la société.

Consultation d’un avocat

COMMENT OBTENIR UNE PROTECTION TEMPORAIRE ?

Lors du franchissement de la frontière d’un État membre de l’UE, les autorités de l’État du pays concerné doivent informer la personne de son droit à bénéficier d’une protection temporaire. La protection temporaire est accordée automatiquement, cependant, afin d’obtenir la confirmation de cette protection, la personne doit en faire la demande auprès de l’autorité compétente du pays d’accueil.

Les citoyens ukrainiens ont le droit de séjourner sans visa sur le territoire de l’UE pendant 90 jours au maximum sur 180 jours. Pendant cette période, ils ont la possibilité de choisir le pays dans lequel ils souhaitent bénéficier des droits associés à la protection temporaire et de rejoindre leur famille et leurs amis dans les importants réseaux de diaspora qui existent désormais dans toute l’UE. Après avoir reçu une protection temporaire dans un pays déterminé, une personne peut jouir de tous les droits qui lui sont accordés dans le même pays.

Le processus d’obtention d’une protection temporaire est assez rapide et simplifié au maximum. Chaque État membre de l’UE détermine cette procédure et les instances autorisées à cet effet. En particulier, en Pologne, vous pouvez séjourner légalement pendant 18 mois (jusqu’au 24.08.2023). Si la personne a l’intention de rester plus longtemps, il est nécessaire de s’adresser au voïvode de la voïvodie où la personne habite. Pendant ces 18 mois, vous pouvez traverser la frontière polono-ukrainienne, mais quitter la Pologne plus d’un mois vous privera du droit à un séjour prolongé. Afin d’accéder à l’emploi et à d’autres pour résoudre d’autres problèmes sociaux, vous devez vous inscrire dans n’importe quelle administration communale ou municipale en Pologne. Après l’enregistrement, une personne reçoit un analogue du code d’identification – PESEL, qui est utile en Pologne pour résoudre de nombreux problèmes, y compris officiels.

Consultation d’un avocat

En Allemagne, un enregistrement approprié est également prévu après l’arrivée sur son territoire. Pour commencer, vous devez enregistrer votre lieu de résidence auprès de la mairie compétente (même si la personne vit dans un hôtel). L’étape suivante consiste à s’inscrire auprès du service de l’immigration pour obtenir un permis de séjour. Après cette étape, la personne reçoit le droit de résider en Allemagne et l’accès aux prestations sociales.

[contact-form-7 404 "Not Found"]